Splendeurs et misères des orgues corses

Rares sont les instruments, en Corse, qui n'ont pas subi les outrages du temps, des rats ou des hommes.

Ces malheurs sont à craindre chacun d'une façon différente.

- Le temps exerce son usure lente et sûre, mais son pouvoir est moindre lorsque l'oeuvre est au départ parfaite.

- Les rats sont imprévisibles et font de tout lieu délaissé un gîte de choix. Les orgues en sont un, et les peaux et le plomb des orgues corses ont payé et continuent de payer encore, pour beaucoup d'entre eux, un lourd tribut à ces hôtes, véritables prédateurs, difficiles à déloger.

- Les pires craintes sont à nourrir quant il s'agit de l'homme, plus brutal et épisodique que le temps et les rats conjugués, imposant ses caprices futiles et ses modes passagères à la vieille sagesse des orgues d'antan, modifiant avec une rapidité et une légèreté étonnante le plan premier des architectures sonores des plus beaux instruments.