Sommier à ressorts

Certaines parties sont identiques à celles rencontrées sur un sommier à registres.

La grille constituée de vides et de pleins.

- Les vides sont les gravures, canaux fermés par de grandes soupapes, dont l'ouverture est commandée par les touches du clavier faisant ainsi entrer le vent.

- Les pleins sont toujours des barrages.

 

Mais c'est ici que naissent les différences.

Pour chaque tuyau de chaque jeu, le barrage est percé d'un trou sur son chant supérieur, alimenté par un conduit gravé dans l'épaisseur du barrage, prenant son vent dans la gravure voisine.

L'ouverture de ce conduit est fermée par une très petite soupape, placée dans cette gravure, articulée sur la joue du barrage, maintenue fermée par un petit ressort.

Les gravures sont fermées, au-dessus, par un flipot (lame de bois très fine) ajusté, muni de joints de peau en lanières fines collées tout autour pour garantir l'étanchéité.

Chacune de ces petites soupapes a sur son dos une petite tige dépassant du sommier à travers le flipot.

Une boursette en peau, ligaturée par du fil collé, entoure la tige pour éviter toute fuite et assurer cependant le mouvement de la soupape.

Toutes les tiges des soupapes d'un même jeu sont entraînées par une règle de bois, guidée sur la surface du sommier, munie de clous saillant sur son côté.

Cette tige de bois n'est autre que le registre actionné par le tirage des jeux.