Commune

Pedicroce

Edifice

San Petru è San Paulu

Emplacement

En tribune au-dessus de la porte d’entrée principale

Facteur

Spinola Vitani Giorgio 

Date

1619

Etat actuel

Bon

Historique

1619 : construction pour la cathédrale Santa Maria di Bastia, avec reprise d’éléments d’un orgue plus ancien : tuyaux, sommier, soufflets (un troisième neuf est ajouté), clavier

1636 : importantes réparations par Brutus Vischea. Sont refaits à neuf : sommier, pédalier, faux-sommier, soufflets, portevents - 3 contrebasses ajoutées (tamburo ?)

1688 ? : réparations par Giuseppe Santaluccia à la suite d’un fort dégât par la foudre survenu en 1661

1818 : restauration par les frères Giovanni e Federico Crudeli qui signent "Restaurato di fratelli Crudeli (da la Citta di Lucca), professori in Bastia l’anno MDCCCXVIII"

1842 : l’orgue est vendu à la paroisse de Pedicroce dans la prévision de l'arrivée d'un nouvel instrument à la cathédrale Santa Maria di Bastia

Anton-Petru Saladini en effectue le remontage et l’agrandissement. Il augmente le clavier et le sommier de 45 touches et gravures (do5) à 50 touches et gravures (fa5), remplace le rang de 29 ième du ripieno par une Flauto in Ottava 4’, en la plaçant sur une chape débordant le sommier à l’arrière. Il renouvelle les petits tuyaux des organetti morti.

Il signe son intervention sur une étiquette en recouvrant celle des Crudeli "Organo di Santa Maria di Bastia ristaurato ed accresciuto di cinque taste e piazzato nella chiesa parrochiale di Piedicroce dal professore Saladini (Don.) Pietro di Speloncato l’anno di santa 1842. Primo di dicembri:."

1985 : restauration par Alain Sals

Etendue du clavier

50 touches de do1 à fa5 avec première octave courte

Etendue du pédalier

13 touches de do1 à mi2 avec première octave courte

Composition du clavier manuel

Dans son ouvrage (L’Orgue corse de 1557 à 1963, page 22), Sébastien Rubellin cite un document mentionnant la composition originale suivante :

Principale primo en étain (en partie en façade)

Principale secundo en plomb

Ottava

Flauto

Flauto con detta ottava

(Quinta) decima

Decima nona

Decima seconda

Un 1/2 registre de 25 tuyaux (soprani) de belle sonorité dont le plus grand mesure 2 palmes 1/3. Il pourrait s’agir d’un Cornetto.

Tremolo

La composition actuelle est :

Principale 8’ (fa1 en façade)

Ottava 4’

Quinta X 2’

Decima IX 1’1/3

Vigesima II 1’

Vigesima VI 2/3’

Flauto in ottava 4’ (basse 23 en bois bouchés)

Nassardo 2’2/3 (Flauto in duodecima)

Cornetto basso 2’, 1’3/5 (pas de 2’ pour do1 et ré1)

Cornetto.S. (soprani) 2’, 1’3/5

Voce Umana 8’

Composition du pédalier

Contrabassi ai pedali 8’-16’

Tirage des jeux

A droite, sur une ligne verticale, tirage vers soi

Coupure en basses et dessus

Si2 - do3

Accessoires

Tira ripieno par un tirant muni d’une poignée taillée dans la masse, n’entraîne pas le Principale et l’Ottava

Production du vent

2 soufflets cunéiformes à l’origine, refaits par Anton-Petru Saladini ?

1 ventilateur électrique installé par Alain Sals

Diapason

Tempérament

Mésotonique

Commentaires

Le décor est remanié, peut-être en 1818 lors de la restauration des Crudeli, en tout cas avant 1842, date du départ vers Pedicroce :

- ajout du fronton actuel destiné à diminuer l’effet du contre-jour provoqué par la fenêtre derrière l’orgue sur la tribune de Bastia. Les lettres mariales entrelacées indiquent bien par leur présence et leur style le premier tiers du 19 ième siècle.

- ajout de joues latérales (même style)

- ajout de moulures dorées sur les montants de façade (même style)

- ajout de motifs peints chantournés sur les traverses horizontales de façade (même style)

- changement du décor extérieur des deux volets (Sainte Cécile et le Roi David façon début 19 ième), celui intérieur demeure (guirlandes Renaissance).

La tribune actuelle est de 1842.

On se prend à rêver de ce qu'a pu être l'ancienne tribune à Bastia ainsi que l'ancien soubassement de l'orgue.

Il est à regretter que les Monuments Historiques, au moment de la restauration de 1985 n'aient pas permis d'ôter, momentanément, tous ces décors postérieurs inutiles ajoutés (ils sont seulement cloués), fausses sculptures peintes sans grâce, qui alourdissent la perception, afin d'avoir au moins une fois la vision restituée du buffet Renaissance premier. Le temps d'effectuer une photographie.

Notre paresse (oculaire ?) constitue un véritable danger, qui nous rend capable de nous habituer à un mélange hétérogène de styles assemblés, le faisant passer bientôt pour  une homogénéité historique intouchable.

 

L'élargissement du soubassement de chaque côté, pour accueillir deux soufflets plus importants est soit des Crudeli à Bastia, soit de Saladini à Pedicroce.

A qui s'adresser

Mairie

04.95.35.81.86

   

 

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now