Matière des tuyaux

Les tuyaux à bouche des orgues corses sont généralement construits en utilisant les matériaux suivants : l'étain, le plomb, le bois, le fer-blanc, le zinc (voir chacun de ces termes).

Le fer-blanc est réservé de tous temps aux tuyaux d'anches.

Le zinc est utilisé pour les basses de certains jeux graves et n'apparaît que vers la fin du 19ème siècle.

Le facteur d’orgues européen a utilisé de tout temps le plomb et l’étain pour différentes raisons.

Economiques d’abord : les minerais ne doivent pas être rares et leur extraction trop onéreuse.

Techniques ensuite : la ductibilité du métal est une exigence première qui devra permettre de les fabriquer, puis de les emboucher (faire parler) facilement.

L'étain ou le plomb ne sont jamais purs. Ils sont mélangés ensemble dans des proportions savamment mesurées suivant le jeu qu'ils vont servir à construire.

Un tuyau dit en étain aura toujours un peu de plomb (environ 7 %) dans le mélange constituant son métal.

A l'inverse, un tuyau dit en plomb accueillera une faible proportion d'étain (environ 4%).

Le cuivre et l'antimoine sont les autres métaux composant le métal des tuyaux. Ils ne sont jamais cités car ils existent en de très faibles proportions (0,09 à 0,03 %).

En Corse les essences de bois les plus fréquemment utilisées pour les tuyaux sont le châtaignier et le pin Laricciu.

Les bois doivent être secs, et le plus possible droits de fil et sans noeuds.