Clous forgés

Le principe à peu près général de fixation des pièces de bois dans l'orgue ancien, quand il n'est pas l'assemblage ou le collage, est le clou forgé.

Il s'agit là d'une véritable petite merveille technique.

En effet, sa conicité naturelle assure la permanence du pressage des pièces qu'il veut réunir.

Sa section carrée diminue les risques de rotation des mêmes pièces.

Enfin sa ductilité et sa terminaison effilée permettent un retournement de sa pointe, de l'autre côté des pièces traversées, pour entrer à nouveau dans le bois et parfaire ainsi le maintien de l'assemblage.

Les têtes sont multiformes : brutes de frappe, carrées ou rondes, plates ou en taille de diamant.

Les clous qui ne traversent pas sont destinés à pouvoir être enlevés, souvent pour assurer la visite de quelques pièces cachées.

Ces clous sont alors munis de rondelles ou de carrés de cuir sous leurs têtes, de façon à pouvoir placer facilement une tenaille pour leur extraction.

A la remise du clou, le cuir écrasé est changé par un neuf.

C'est le cas par exemple des clous maintenant en place les chapes d'un sommier.