Commune

Centuri

Edifice

San Silvestru

Emplacement

En tribune au-dessus de la porte d’entrée principale

Facteur

De Ferrari Luigi

Date

1835

Etat actuel

Moyen (récente et violente attaque de rats)

Historique

Le facteur signe son oeuvre au fond de la laye "Luigi De Ferrari Organaro Centuri li 4. 7bre 1835"

1868 octobre : nouveau buffet (celui actuel), vraisemblablement de Giovanni Ferrari qui signe sur un faux-registre

1914 : juillet, forte intervention dénaturant en partie l’instrument, d’Antonio De Ferrari

1987 : restauration en l'état par Jean-Louis Loriaut

Etendue du clavier

45 touches de do1 à do5 avec première octave courte

Etendue du pédalier

8 touches de do1 à si1 avec octave courte et une touche isolée à droite non reliée

8 gravures de pédale de do1 à si1 avec octave courte

Tirasse de do1 à do2

Composition du clavier manuel

Principale 8’ (fa1 en façade)

Ottava 4’

Decimaquinta 2’

Decimanona 1’1/3

Vigesimaseconda 1’

Vigesimasesta 2/3’

Vigesimanona 1/2’

Flauto in Ottava 4’

Cornetto 2’2/3, 2’, 1’3/5

Voce Umana 8’

Composition du pédalier

Contrabassi 16’ et 8’ ouvert

Tirage des jeux

A droite, sur une ligne verticale, tirage vers soi

Coupure en basses et dessus

si2 - do3

Accessoires

Production du vent

2 soufflets cunéiformes relevés par poulies

1 troisième soufflet cunéiforme différent (plus récent ?), restauré mais non remonté

Un ventilateur électrique

Pression 70 mm

Diapason

445 hz à 26°C

Tempérament

Egal

Commentaires

Luigi De Ferrari reconstruit l'instrument en réutilisant vraisemblablement un matériel plus ancien (buffet et façade). Il refait le tuyau central le plus grand.

 

Le buffet ancien, jugé trop vétuste ou passé de mode, a fait la place à l'actuel, peut-être installé par Giovanni De Ferrari, en pin et portant la date de 1868 sur sa corniche supérieure, au pochoir.

La restauration de 1987 a réparé l’orgue en l’état. Le très faible niveau de l’enveloppe financière consentie n’a pas permis de rallonger les corps pour retrouver le tempérament ancien, ni de baisser certaines bouches trouvées remontées, de la tuyauterie, ces modifications étant à imputer vraisemblablement à Antonio de Ferrari.

Lors de la restauration de 1987, les tuyaux de façade, tous très lépreux, avec écusson en rond, ont eu leurs biseaux récupérés et remontés dans leurs copies neuves.

Lors de cette restauration, pendant une absence du facteur et sans son accord, un zèle intempestif et mal contrôlé de la Municipalité d'alors, a recouvert de peinture grise le sas d'entrée et de peinture marron la moitié basse du buffet de 1868, qui était resté jusque là en pin naturel.

A qui s'adresser

Monsieur Joseph Palmieri au hameau d’Orche

04.95.35.60.26

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now